La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bruit de couche ...

     

 

 

Venise.WMA

 

 

 

Allongée dans mon lit, je tricote … Mes doigts de fée tendus et pointus comme des aiguilles retricottent un gilet défait. Mes vieux vêtements de femme oubliée longent le plancher de ma chambre. Mes draps flottent sous mon point de célibat. Un génie éhonté m’interpelle, celui de mes jeunes années où je me faisais aimer. Mon corps prend son envol comme un cormoran comme un cœur mourant. Dans la mélancolie lointaine de tissu abandonné, j’hypnotise un instant l’étoffe froissée de mes vingt ans. Mes gestes timides, désordonnés deviennent mélodie des dieux de l’olympe, je me donne, océanide.

 



10/10/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres