La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Chuchotement de soi-même …

 

 

 

 

f6efa5014fe0cfcacb60f279f6f2df4a.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Mon ange un lange sur le parvis, 

le temps a tant couru,

prunelle à l’embrun d’un rivage.

Une charmille peinte de nos deux visages,

nos larmes courbatues,

une envie de vie,

nos caresses sous la pluie,

un rêve luit …

Entremets  sur nos hanches

les jours et leur rengaine,

balade d’une provinciale,

des pas sous gaine.

Angélina,

un  angélus au bout de nos doigts.

la rose se fane …

La blondeur des champs de blés    

rapt de l’enfance,

râle un souvenir pâle.

L’enfant terrible à l’armoiries d’une larme blanche,

soie de vie bénir l’oubli,

la nativité au bord des lèvres

tombe la fièvre.

Pour tout  chevet 

requiem éternel au coin d’une rue

la symphonie de nos pieds nus.

Tout ce qui est bohémien nous appartient,

chandail sur mon épaule court-vêtue ta main.

Silence ma bohème ! 

La dernière danse,

le ballet de l’innocence,

la pucelle et sa vallée,

tourne notre carrousel,

glaneurs de l’insolence d’un chemin de givre

nos chevaux de bois suspendus aux anciennes ficelles d’une jouvencelle,

te retrouver ma bohémienne, condamnée de sentiers,

naine,

gitane blême,

nos sanglots amnistiés. 

 

 

 

 

 

Mais lit, mai lie, mélo, mets l’eau et le cœur albinos s’enivrent nos noces.

Mais vous m’aimez quant même porte à scandale, se trimbalent quelques part les sandales à Stendhal. Nos cymbales à cent balles.

 

 

 

 

 

 

 

http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/signature_1_5289833.gif

 

 



26/05/2016
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres