La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Déesse du vent.

 

 

Faire respirer sa vie à petits souffles,

 

même le souffle court

 

dans les marécages,

 

dans les sables mouvants,

 

l’oubli se fait partage.

 

Feindre l’altruisme

 

et se savoir cavalière seule,

 

voiler son deuil

 

d’un linceul,

 

pourpre d’amour

 

ou rire d’orgueil,

 

qu’importe,

 

juste voir se lever le bout du jour.

 

Jouet d’humeur,

 

ou patte de velours,

 

d’un leurre,

 

d’un semblant,

 

se laisser faire la cour,

 

des rides du cœur,

 

nos draps de senteur,

 

on est toutes des sœurs.

 

Le lit des heures,

 

monocorde et cruel,

 

sans l’ombre d’un duel,

 

la nuit se fait rituel.

 

Un oreiller somnole,

 

sommeille l’oreille du temps,

 

Hathor nous veille,

 

guettant l’éveil

 

de nos princes charmants.

 

 

 



26/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres