La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Écrivez-lui.

 

 

 

tumblr_nnizemWWiS1soh8kao1_r1_250.gif

 

 

 

 

Je t'entends encore parler ma mère tout au loin là où mon âme se perd. Enfermez-moi ! Je suis une aliénée avec sa peur d'aimer. Et si l'éther somnole, reste graver l'éternel, dans la main du sonneur ce rêve flou, le mal du val s'éveille. Le temps s'éparpille et traîne ma bohème, la Gauloise dans l'ombre... Broute-minou et corsage révolutionnaire. Jacques a dit au Petit Prince de fermer ses persiennes. Le silence s'égraine fée Clochette a fait des siennes... De la dentelle et moutonne le ciel. Paquerettes et montrer patte blanche, s'ennivre la beauté du diable. Malotrue Jézabel ! Ficelle de prunelle, se file ton bas de l'aine... Soupe à l'ecchymose mon deuil ensommeillé, sommes liées six roses n'osent... Sommelier, nous sommes liés, cirrhose sous hypnose me grisent les années. Goutte-à-goutte bruineux se déshabillent les jours heureux. Pastourelle au sonnet d'une hirondelle, me dépossède l'appel du grand large, mes mitaines solitaires à l'orée de la bergère. Frigide mononucléose. Le revers du Grand Bleu dans la paume des yeux.

Au large l'adage,

les oiseaux du grand large,

goélands sans paquetage,

femme-enfant au grand blanc,

l'insolence d'un vieux banc,

la larme au vent,

l'apnée de l'océan.



De vous à moi je m'en fous, le temps est ce vieux fou qu'on adopte par habitude.

Si vous ne me comprenez pas... Adressez-vous à l’auteur !

 

 

 

 

Rachel http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/artimage_94307_3202417_201102053557323.gifDésir



28/04/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres