La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Je suis.

 

 

 

 

Le-Livre-à-animer-ou-Folioscope-par-Televandalist.gif

 

 

 

 

 

 

 

Je ne suis qu’une ombre de la rue, le cœur bohémien, fleur de destin du bout des doigts quatre chemins. Le jasmin fou tendre légionnaire en ma main quête d’amour. Les hennés des matins gris jupon sur mes hanches, ces heures floues passantes de trottoir grisent mes pas. Je ne suis que femme nue, pause sur la toile du grand bleu, brisant sur chevalet les jours sauvages. La larme-plume glacis sur la prunelle, meneur de louve le temps veneur. Marin glaneur mes mèches blanches duvet de mes printemps. La vie artiste coucheuse de l’enfant terrible, dans les bras de ses aurores je suis la noble des mois moqueurs. Les neiges éternelles enclos de lune, tant les immortelles veuves passionnelles se sont tuent à la peine éclose. Porteuse d’eau, petite marchande d’allumettes, d’écluses en ports. Môme à scandale au regard scandinave, toutes les rives de mes  sandales, va-nu-pieds de mes soupirs. Une envie d’aimer au garde-à-vous, pour vous ce dernier rendez-vous, virevolte les feuilles mortes naufrage des années folles. Folios l’ouvreuse de mes pages blanches, se regardent idiotes du village mes taches d’encre sonneuse d’un buvard. Sur un pupitre d’insolence somnole l’indolence d’un brouillon. Papier Carbonne les cheveux blonds d’un noir et blanc, cueillette au firmament l'agonie de l'anthracite.  

 

 

 

 

 

 

Fiction à la craie blanche.

Mes amitiés, Rara.

 

 

 

 

http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/290216001447791603.gifRachel Désir

                             

 



14/01/2017
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres