La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L'ouvreuse du dernier bail.

 

20171014_080315.jpg

 

 

 

 

 

S'estompe le grand bleu, pastel d'illusions... Filigrane sa main palpe les nuages, hologramme tournoie un ange. Tous ces messages de l'après, quelle drôle de danse ses larmes, funambules, quatre saisons sans aviron. La saga des souvenirs, une utopie sous sa chemise... Dis-lui la colombe... Sous son corsage d'ombrage qu'une prunelle baigne son cœur des amours mortes. Le carbone fier d'un noir et blanc, la vague porte encore l'enfant, un vieux berceau et des joues roses... Un vol de mouettes puis l'envol des oies sauvages. Bâille le batayole tant la chaumière bercée d'embruns chantonne un psaume au firmament rêveur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/pop_5289827.gif



14/10/2017
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres