La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

La dentellière.

 

 

 

 

 

chat-de--dentelliere.gif

 

 

 

 

 

 

Premier couplet :

 

Ses pas cahin-caha,

trottinent ses cheveux blancs.

un cartable d’écolière,

une lycéenne cheveux au vent.

 

Refrain :

 

La pluie ruisselle,

un oubli de parfum de vanille,

le chanvre d’une balancelle,

chaloupe la jouvencelle,

la bohème et ses guenilles.

 

Deuxième couplet :

 

Du bout des doigts

la bohème,

un dernier je  t’aime,

une capeline et des fleurs,

c’était hier,

un petit pleur.

 

Refrain :

 

La pluie ruisselle,

un oubli de parfum de vanille,

le chanvre d’une balancelle,

chaloupe la jouvencelle,

la bohème et ses guenilles.

 

Troisième couplet :

 

Chutent les lignes d’un cahier,

le temps wagonnier.

Un vieux chiffon

à la main,

mouchoir sans matin.

 

Refrain :

 

La pluie ruisselle,

un oubli de parfum de vanille,

le chanvre d’une balancelle,

chaloupe la jouvencelle,

la bohème et ses guenilles. 

 

Quatrième couplet :

 

Le requiem de l’adieu

au fond des yeux,

quatre notes, une chanson,

à pas chassés la fièvre.

Chut ! Á pas compté le désert.

 

Refrain :

 

La pluie ruisselle,

un oubli de parfum de vanille,

le chanvre d’une balancelle,

chaloupe la jouvencelle,

la bohème et ses guenilles.

 

Cinquième  couplet :

 

Une valse sur les lèvres,

dernier air d’une petite misère,

tourne carrousel.

Une chapelière

à la triste chandelle.

 

Refrain :

 

La pluie ruisselle,

un oubli de parfum de vanille,

le chanvre d’une balancelle,

chaloupe la jouvencelle,

la bohème et ses guenilles.

 

Sixième  couplet :

 

L’encre blême d’un pupitre

joue le pitre,

la bohème au bout des doigts,

chancelle un rêve de flanelle,

dernière goutte d’une prunelle,

un  brouillon de l’eau delà. 

 

Refrain :

 

La pluie ruisselle,

un oubli de parfum de vanille,

le chanvre d’une balancelle,

chaloupe la jouvencelle,

la bohème et ses guenilles.

 

 

 

Demain j'aurai cent ans, j'aurais caressé le temps. Geler mes amourettes, parfum de  guinguette. S’oublier dans le vent, le givre au bord des lèvres, du bout des doigts la caresse de mes printemps, les regrets de mes vingt ans ciel d’un autre temps. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

   

 



08/10/2015
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres