La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L’anaconda des jours moroses. 

 

 

 

 

472bcb23d6d24a8753e1ef0505044330.gif

 

 

 

 

 

 

 

Aux larmes de la rose jaunit symphonie inachevée la danse jouvencelle d’une prunelle valseuse. Si tu savais ma brune filait le lin de l’espérance, la soie pourpre serait l’ouvreuse d’un bal d’une bergère et d’un flibustier. Aux ailes vagabondes des lignes de ta main frémit colombe la vie. Le sais-tu ? L’ivresse de la pluie est charité volage aumônière d’un quartier esseulé et ce lai au loin la-bas un morceau de trottoir à la larme catin … Boulevard des Airs mon amour je nous ai perdus. Il n’y a pas plus beau miracle que cet orage de porcelaine dans ta prunelle. Il n’est plus beau souvenir qu’une lampée de champagne sur tes lèvres. Il n’est plus triste rendez-vous que le pleur des oiseaux à minuit. Pour toi j’ai revêtu mon smoking  de cœur en apnée de rêve, le temps va les pieds nus, indigne beauté. Fillette, à ta porte l’automne roule son col, pamphlet, tant l'amour démailloté. Une dernière gorgée de soleil fin fond d’un décolleté secret, une brise rebelle dégrafe ton corset ce n’est que la main de quelques soupirs au chant de l’été d’un freluquet. La vigne vierge au frisson de septembre, misère ivre fagot sur ton dos un marin de novembre, naguère voile d’un givre. Il y a ceux qui restent au port. Et ceux qui prient encore … Quai de la rose tu n’oses ébruiter le langage des fleurs, l’églantier  courroucé  d’une aubade de la rose trémière.  

 

 

 

 

L’estrade.

 

Et ma chaise bancale m'offre la tendresse de ces jours chinés, où tête blonde, le temps abandonnait son demain. Ivresse au bord d'elle, ô bordel ! La nuit et ses ailes, la vie et son bord d'aile d’ange ...  Le bordel d’un lange.

 

 

 

Dévolu.

 

Entre l’inspiration et la vie courante, il y a cette marge sans bague au doigt. On va encore me qualifier d’homo … Mais comme le dit l’expression : « Je m’en tamponne le coquillard ! ». Car je sais où ma conscience mouille, vers la berge d’une verge, homo sapiens. Ce texte n’est qu’une desserte de mon passé où l’homme trahit la jouvencelle que j’étais. En ces quelques vers, envers et contre tous.

 

 

 

 

 

 

 

http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/signature_3.gif

 

 

 



29/08/2016
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres