La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le rital …

 

 

 

158341001443680735.gif

 

 

 

 

 

 

 

Une oie sauvage immigrante m’a caressé la main du temps satin. Une pellicule de blond dans mes cheveux et dans mes yeux des reflets d’acné, là sur un banc l’échappée bleue d’un pupitre de collégienne. Hirondeau, son jean troué râpant les  planches d’une vieille charrue, il avait l’innocence de ces gosses de vingt ans  traînant à moitié nus dans les rues, la caresse à portée de la main … Moi l’étudiante aux quatre vents, la tendresse sous l’auvent, je m’envolais Vespa  aux pieds sans frein, oiseau de rien … Le lac des cygnes dans un jardin puis duvet blanc la fonte des lignes de  sa main, gitane tu as croisé son chemin. Mon ritano, l’amour à la porte des lèvres, enfant  de roulotte au pas fuyant, à l’entrée d’une autre bohème … Un quatrain évincé, quatre lignes et un brouillon de lycéenne, pauvre bohémienne à l’aile blessée. La dédicace d’un chant tzigane là sur le rebord d’un encrier, sur mon blue-jean percé l’ecchymose  de quatre cordes de guitare, l’hypnose d’un refrain, ma prunelle clandestine sous le loup d’une jouvencelle au petit matin tremblant.      

 

 

 

 

 

 

 

 

signature_3.gif

 

 

 

 



01/10/2015
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres