La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Les yeux de Juliette …

 

 

 

 

 

gr.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et sur la branche mourante quai de brume, la prunelle élève rebelle sur le banc des accusés, mon pouls traîne sa bohème, clocharde de ruelle, poussière d’ange mes ailes en rappel. Le temps n’est qu’un flibustier tamisant la misère. Et d’un bois de cercueil se réchauffent les cieux. Fillette ne regarde pas l’hiver, son givre écueil, à sa rosée morte se sèchent tes lèvres. La paupière Chimène d’un bal clandestin, vois la rose effeuillée de la larme infidèle et l’amant imberbe à tes pieds.     

 

 

 

 

 

 

 

 

http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/artfichier_94307_5486983_20160220323244.gif



24/02/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres