La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Lettre au temps.

 

 

 

bb65d123.gif

 

 

 

 

 

 

 

Rester cette jouvencelle clandestine au creux de ta main, ma bohème m’échappe, du bout de tes doigts chapardeuse écharpe l’aurore boréale. Et sur la digue d’un blues j’écoute crécelle le meneur de loups… Le temps des cerises l’airelle se courbe, veneur le bohémien des quatre vents. Cahin-caha mon petit bikini ! Signet d’une pluie un chant prussien dormeur sur mes reins. Á l’aubade d’une hanche un filet de charme… Hello lady woman ! Tabagie de minuit la larme sur le parvis. Baby, baby blues. L’a cappella  d’une vie, s’envole la colombe à la taille d’une branche. Louve aux seins de porcelaine, au matin rêveur, à pas chassé le sablon danse encore sur la plage abandonnée. Tu vas et tu viens au creux de mes reins amour clandestin et tremblent mes amours mortes égoïste pantin. Á la brise monocorde autant m’emporte le vent soufflet de feuilles mortes. Herbe tremblante au fossé de mes chagrins sillonne éphémère la rosée d'un jardin. Et si … Il pleut, ma mère. C’est que tes pas sont trop loin !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/signature_3.gif



21/11/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres