La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Ma dernière lettre aux maisons d'éditions ...

 

 

 

 

 

107916986.gif107916946.gif107916948.gif107916969.gif107916950.gif107916975.gif





 

 

 

Le 14 janvier 2016,

 

 

Les quatre saisons, Vivaldi et son lit.

Mes tribulations littéraires, conter fleurette, jeunette. 

Pom pom pom pom, la symphonie inachevée, ma pomme.

Ma vie en éventail, d’une prose libertine, Fanchon, des feuilles de papier se souviennent  d’un vieil encrier, mes larmes à la criée.

Une valse de Vienne les cendres d’Étienne.

Une lettre à  Élise sur le banc d’une église.

Un déshabillé de prunelles ma bohème en négligé, un jupon, des bas de laine.

Le vent des marins mon chandail au lointain.

Des chapitres évincés, ma jaunisse, un vol d’oies sauvages.

Pucelles et catins  balancelle d’un quartier Latin. 

Une canne à l’appui, les fleurs de mon mal en toute impunité.

Qu’une lettre appuyée sur ce dernier quai  vienne mourir pupitre abandonné.

 

 

 

 

 

 

 

 

BkOhoiNQILKKvLIdyx5eL1FU5yA.gif107916950.gifYcn7j3cLWpFSU-cU22fBMwB0LqE.gifQkslZHsUpDWoxE1DhZrZSJAk1LU.gif107916986.gif




 



14/01/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres