La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Noces d’Oz.

 

 

 

 

1abf1635bbb497a614aa2ee0ce3d971d.jpg

 

 

 

 

 

 

Petite fleur,

petite ecchymose

un dernier pleure

n’ose le cœur.

Drapeau blanc, 

flotte un voile bohème.

ô ! Merveille

en ce pourpre enjôleur

de la tendresse de ta lèvre,

le châle de ta prunelle

m’enrobe fièvre. 

M’effeuille

rêve morose

un contretemps

et le chant des oiseaux

n’est plus qu’un interdit.

Notre valse sous l’aile de la colombe,

quatre pas de danse en repli.

Les quatre saisons,

le temps et ses marmots …

L’arrière-saison

nichée de nos hirondeaux,

les sanglots des violons

brèves d’un requiem.

Et l’andalouse

et son blues,

l’envol de ses courbes

tel un revers de main.

S’effleure le jasmin

un chagrin pour demain.

Telle une hirondelle de faubourg

la dernière ruelle,

trottoir d’une jouvencelle.

Du bout des doigts cendrer le vol des oies sauvages,

ce lointain voyage,

deux mômes cendrés délestés de leurs bagages.  

Petit orgueil nous reste  les cent pas de nos derniers jours,

l’amour et ses miettes de pain

qu’on grignote sans faim.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/Boh--me.gif

 

 

 

 

 

 

 

 



24/06/2016
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres