La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Nouvelle sans nouvelle.

 

 

94ddaf267a6bef4139d83c57f04a0fc9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Tes coups de gueule et ses bavures silencieuses... Ce matin le répondeur s'étonne de ton silence, tombent les feuilles mortes, toi tu as le rhume du jupon ! Sifflotent les rondeurs automnales en ces crépuscules égayés. Danse la rousse, valse la brune et dans la brume des lèvres basculent... Tancent des hanches les peupliers au fouet du vent d'autan. Lève la patte puis pisse le lévrier au pied de l'églantier... Et cette gitane à la corolle ensoleillée sous le brame du cerf. La belle au braille violé, la chamaille vieil ébat une biche aux abois. Fraises des bois, rose trémière, à l'aubépine se courbe une prunelle, maître des lieux l'épilepsie d'une paupière, le mal comitial baigneur au gré de tes cils orphelins du grand bleu. Laisse gémir la larme comme l'amant dans son ghetto oublie l'enseigne de son berceau. Drapeau blanc enceinte du temps au comice des flagrants délits. Tapi sous un vieux tapis l'ordonnance de l'oubli, vacille la vieille chandelle pupille des battements de cœur de votre Vietnam. Roupillent quelques accrocs de sa vieille chemise et la chaumière abandonnée fredonne mélancolique nurse la mélopée de l'hiver. Danseuses éphémères des mains baladeuses, glissent palefrenières des paroles... Bavarde encore la servante, sautillent deux ou trois mots à l'allure d'un clochard dans son emballage papier cadeau.

 

 

 

 

 

 

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2006/01/94307/Boh--me.gif



10/10/2017
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres