La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Pleurs de satin.

 

 

231f2608.gif

 

 

 

 

 

 

Il était arrivé par la porte des amants, dans ses cheveux le souffle renégat d’un gamin de vingt ans. Il avait la main si tendre celle d’un gosse cueillant l’airelle. Du bout de ses doigts la caresse de l’abandon d’un banc d’écolier, il pianotait  cette rêverie d’insolence d’un rebord de cils. Á sa lèvre ingénue naissait petit bourgeon de vie un soupçon de fièvre. Vivre l’agonie d’une nuit  au creux de sa main d’enfant, laisser mourir l’aurore baie où la sève en rappel fleurit les draps blancs. Renaître fillette à la prunelle de femme morte,  dans la chambrette une histoire d’ose à touche-touche de Roméo et Juliette. Regrets après soleil, au potron-minet  l’averse d’un mois de mai, auberge plate les froissements de draps muets. Il  avait dessiné sur sa peau la larme tiède des grains de sable humides sous la mousson, aquarelle de sablon ses cheveux longs ballet sur l’horizon. Pleure le bluet immigré solitaire des quatre saisons, la vigne vierge aux longs sanglots  de septembre s’étale mélancolie de garde-fou. La berceuse de novembre renégate apprivoisée, chante cigale à marée basse la plage abandonnée … Mouchoir froissé une prunelle sur la jetée, marais salant  du bout des doigts quatre notes  piano au vent. 

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/signature_10_5289849.gif



27/07/2016
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres