La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Saint Valentin, mardi 14 février, la friponne.


 


 

 

 

 

Au baiser déposé à la lèvre chinée. De la lèvre bohème au baiser déguenillé. Ta liquette au bord du chemin, un chien de prairie fou...  Me revient la promesse d'une main. Je t'aime ainsi le coeur en rappel, du bout des doigts des caresses au-delà de la détresse... Laisser filer l'herbe tremblante trémolo aux sanglots longs, au tempo de mes veines entendre chanter la fièvre orpheline. Quand l'hiver enfile ses bas de laine être cette prussienne penchée sur le rebord de tes lèvres. Si le silence est nu c'est que mon coeur est vêtu. Mes arpèges folâtrant sur cet air de ta main dans mes cheveux. Dis! Si je refaisais ma polissonne, là, cachée sous la couette... D'un fusain je défroisserais tes paupières et d'un pastel je repeindrais le bleu de la mer petit clin d'œil de mes prunelles.
 

 

 

Il vaut mieux être en avance plutôt qu'être à l'heure car demain est parfois un fêtu de paille. 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/Boh--me.gif



10/02/2017
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres