La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Soprano.

 

 

 http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/boh--merebelleRyes_5289844.gif

 

 

 

 

 

 

J’ouvre mon tiroir

y gît  un jupon froissé,

le déshabillé d’un vieux soir.

Ce n’est rien qu’un instant bohémien.

J’entrouvre ma mémoire

toujours les mêmes rues,

nous nous aimions dans le noir,

sans lampion d’un espoir.

Il était une fois …

Les histoires d’amour commencent  toujours comme ça 

L’amour fouineur.

Mémoire tremblante

l’herbe folle de nos chemins,

une rue la dernière,

tous ces matins froissés …

Un cœur en viager.

Qui part le premier ?

Le nu d’une rue

ou l’amour sans foi,

une main en viagère

ou la bergère.

L’herbe tremblante

chemin sans demain,

au carrefour des quatre chemins

j’ai perdu ta main,

l’amour fouisseur.  

J’entrouvre un tiroir

y gît ma mémoire 

déshabillé d’un au revoir.

Je ne reconnais plus ni mon amant, ni mon aimé, ivresse soûle.
Écumes au vent marin autant en emporte le quotidien.

Ma mémoire cadenassée chemin sans fin …

Un carrefour au lointain …

Un tiroir et sa houle. 

 

 

 

 

Tu avais vingt ans, j’avais du chien … Boucle créole à mon oreille, l’aube d’une gitane. J’ai cinquante ans, un temps de chien … Frisson du matin, chiendent dans le jardin. Mon vieux chien sur la terrasse  me regarde, compagnon d’un regard, compagnons de bergère me regardent tous ces vieux matins sans l’angoisse d'un lendemain. Ma main traîne sur ton pelage mon chien, dans nos yeux l’angoisse du lendemain … Dormeuse à lobe de mon oreille l’améthyste, un or gelé sur le rebord de mes paupières. Un vol d’oies sauvages, passe, passe la vie marque-pages d’une folie, se détachent feuillets un ciel aigris.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/290216001447791603.gifRachel Désir

 

 

 

 

 

 



07/09/2016
20 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres