La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Une lèvre sur une joue.

 

 

 

 

 

 

 

 

73a68c304154304c73989744abd965b6.gif

 

 

 

 

 

 

Violoncelle, brume légère, bohème et balancelle,

quartier Latin,

l’éveil d’un matin,

mon oreiller bohémien,

un brin de jasmin,

la paume d’une main,

me vient l’ivresse d’un vaurien

où le temps comédien

du bout de ses doigts

me bordait de joie.

 

 

Violoncelle, femme légère,  ballet d’airelles,

une balade d’hirondelle,

la brise m’enivre bohémienne sans chemin,

d’alizé au zéphyr balancelle de demoiselle

l’oiseau-lyre et ses battements d’ailes.

D’un bout de drap

combattre le froid,

laisser partir la gosse,

le printemps et sa cosse.

 

Crécelle, 

un vol d’oies sauvages

caresser des images,

laisser mourir l’orage,

Se fondre dans l’alpage. 

Mozart et son paquetage,

Chimène d’un hasard,

la bohème et son vacarme,

prunelle au blizzard

apprivoiser ses larmes.

 

 

Quatre saisons, Vivaldi ainsi va la vie, ponton.

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/signature_2.gif

    

 



02/01/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres