La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Au creux de ma nuit …

 

noir et blanc

Toi le temps  tu déferles en moi comme une lame de fond assassine qui m’entraîne je ne sais où … Donne moi plutôt la main, je ne suis pas bien … Je voudrais me caler entre tes heures pour pouvoir m’assoupir juste un peu. J’aimerais tant retrouver l’écriture anodine de mon enfance …  Maudire mes maux nocturnes, déposer sur du papier satin des mots sereins mais ma religion est mauvaise prêcheuse ! Je suis en bascule sur le trampoline de la vie … Les jours se dressent devant moi comme un festin mais n’apaisent pas ma faim. Les secondes m’encerclent puis me déshabillent, je deviens catin de détresse perdue au milieu de minutes vagabondes qui attendent ma fin. 

 



20/05/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres