La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bonne nuit ...

 

Quand tu me manques trop je claque des dents ...

 

Je m’invente des heures en dentelle

 

où mes pensées s’emmêlent, 

 

fidèles à ce temps

 

où ton image de sage écolière

 

m’enlaçait tendrement.

 

D’avoir  l’âme vagabonde,

 

je ne te ferai point la guerre …

 

Car ta liberté n’est qu’une plaie passagère.

 

Quand dans tes bras se meurent mes pleurs de cafardeuse.

 

Je redeviens l’adolescente hasardeuse

 

d’un mois de mai

 

et

 

pas une seconde je ne veux m’éloigner de notre amitié.

 

 



23/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres