La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bzz bzz !

 

Je n’ai pas envie d’écrire aujourd’hui mais alors pas du tout ! Alors je traîne sur le net … Qui sait peut être l’inspiration me tendra la main, venue d’une  errance virtuelle … Tiens ! J’aperçois au loin un hologramme … Cette silhouette à la fois diffuse et concrète me semble méconnue pourtant sous son aspect fantomatique, je discerne une forme humaine léchant le bitume. Je tâte  la matière, au toucher, je reconnais bien là le drapé d’une peau, encore tiède elle s’évapore, le restant d’une âme qui s’envole, quittant la désillusion pour éclore le temps d’une illusion. Attention, j’écris a capella ! Il va vous falloir du souffle pour me suivre. Ne soyez pas effrayés, c’est juste un défilé d’images dans ma tête …  Un soubresaut  de râle soulève son poitrail comme un soupir au tempo sourd. Sa bouche suinte, usure de mots volés, de paroles dérobées. Le faux pastel d’instants bohémiens, ce refrain qui revient … Non ne t’en vas pas, reste encore auprès de moi, laisse moi caresser  le son de ta voix et entendre le bruit du bleu de tes yeux  ! Regarde-moi ! Je ne suis que catin sans lien, je ne suis que putain sans trottoir, sans toi ! N’écoute pas le chant des sirènes, elles ne sont que ruines et haine …  A perdre haleine, je te retiens ! Pourquoi tu veux aller si loin ? Ton visage s’éloigne du mien, ta main lâche la mienne … Ton alliance tombe sur le parvis, la lâcheté  d’une vie qui s’enfuit.  Ton ombre se fait si lointaine, j’ai envie de vomir ! Mes regrets s’endorment au creux de ta nuit.

 



08/07/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres