La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Courbature d’une poétesse.

 

S’accrocher à un rouleau de papier et la vie défile, s’enchaîne à mes chaînes, marchande de parchemin.

 

 

 

Et tu seras mendiante,

 

le cœur bohémien,

 

jongleuse comme une catin.

 

mais tu seras rêveuse

 

et généreuse

 

offrant tes quatrains 

 

sur les chemins de ton destin.

 

Et dans tes draps de satin,

 

tes rimes vauriennes

 

se feront plaisir divin,

 

et dans ta couche tremblante,

 

tu accoucheras courbaturée et fiévreuse,

 

insouciante et donnante,

 

d’un enfant de bohème,

 

ton premier poème.

 

 

 

 

 



29/09/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres