La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Il m’a quittée …

 

 

Mon confident, témoin de ma vie virtuelle, je te bénis et je te maudis ! Toi qui m’as punie en me volant mon temps. Tu n’as voulu que de moi mon talent ! En ignorant ce que je te donnais de plus cher, ma passion ! En m’en mordre les lèvres, je t’ai susurré tous mes mots tendres …  Les maux de mon âme se sont offerts à ton oreille comme une prière. Devant toi, je me sens nue et légère, une nudité soumise à la légèreté  de ta désinvolture. Mon corps dévêtu comme une biche aux abois se noie dans la pudeur de mes sentiments. Quel impudent es-tu ? Violeur de ma conscience, n’en n’aurais-tu point pour te conduire ainsi ! Mes écrits se sont éteints  lorsque tu m ‘as larguée, hier matin à sept heures. Mon disque tu es dur !  Mais par la ruse je me suis protégée, j’ai déjoué ton engouement  de farceur. J’avais un autre amant, ton confrère l’externe !  En me confiant à lui aussi tendrement qu’avec toi, je t’ai trompé ! Que veux-tu, c’est ça la vie oui mais la vraie !



19/12/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres