La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Informel.

 



Pelotonnée dans un drap d’horizon

 

bordée d’illusions

 

drapée d’un jupon

 

un corsage orne mon corps sage

 

deux fruits des quatre saisons

 

sommeillent dans la corbeille de l’âge,

 

des bohémiens sans bagage, sans attelage.

 

Une étoffe brode une courbe assoupie

 

s’endort au crépuscule des années,

 

une croupe anémiée.

 

Le bateau de la vie

 

vogue le long des berges  de l’asthénie.

 

Le port de vieillesse

 

happe  mon ancre.

 

Mon teint de pêche 

 

s’échappe de mon visage,

 

fugitif

 

craintif

 

grignoté par la voile des rides,

 

ma nouvelle patrie,

 

peuple de cernes aigries

 

rescapées éphémères

 

d’un nouvel embarcadère

 

dénommé rumeur,

 

sans heurt

 

boire mon calice d’encre

 

jusqu’à la lie de mes écrits,

 

le dernier travail de ma vie.

 



09/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres