La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Ivre de sanglots ...

002y054rzz5.gif

Pas de mot tendre mais des maux doux comme un vacarme  imaginaire, s’étalent en vrac regrets et pensées, pêle-mêle je les assemble … Pas de repos pour mes sanglots, mercantile chagrin, tu trottes au galop ! Mes cheveux s’emmêlent du moins il me semble … Je les imagine impassibles jonchant les ruines de mon corps  comme  une citadelle à l’abandon, c’est top con … Une communion, la dernière, l’extrême onction, je goûte enfin le fruit tant attendu ! Son jus suinte à la commissure de mes lèvres, dernier nectar de ma plume … Un ultime battement de cils, radieux  l’artiste quitte sa cène. L’odeur de l’encre disparaît peu à peu, paragraphe inachevé comme une mélodie que l’on fredonne à demi ton au clair de lune, ce soleil qui se meurt comme un faux dieu … Inlassable dépôt de sable, dune insatiable d’une invisible existence, putain ce que j’ai froid ! Sanctuaire des jours heureux, ton souffle chaud caresse ma peau, solennel comme un tombeau, s’efface mon horizon. Temps morcelé de heurts, hachuré de sourires candides, bienveillance moqueuse, connivence tu danses ! Mauvaise femme, tu n’accordes à ma guérison qu’une faible compassion. 



06/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres