La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

J'étais des brigades internationales en 36 et l'Espagne me trompait.


 

Ce texte est écrit en première partie par mon amie Rachel Désir. La seconde partie est de moi Éric Hubert . devinez donc où commence et ou se termine la plume de l'une ou de l'autre.( FB est parfois une source de richesses et d'échanges) et voguent nos plumes mon ami !
 

J’étais de cette espèce que même la main d’une diablesse n’apprivoise pas ! J’avais des poilus de quatorze dix-huit la ténacité, la fièvre de leur sang, leur poigne et leurs envies. Qu’elle me fasse la cour la guerrière cela me rendait ténébreux … Valeureux chevalier j’aimais monter mes montures, celles de crinière et de croupe, celles de chair et de courbes. L'arme à l’épaule, je tremblais souvent dans mes calcifs mais la hargne du vainqueur me cognait si fort dans le poitrail que jamais je ne faisais dans mon froc ! Que roucoule l’Espagne dans son profond abîme, il n'y avait pas de doute, mes tripes sonnaient le clairon ! En avant marche ! J’arrache des visages, mes mains happent au passage jupons de reine et cotillons de gitane, chacun de mes pas est un cri sauvage. Et claquent mes talons sur terre de feu et chemins de charbon ! Mes bras enlacent veuves et catins et s’étreignent les rires du goujat et de la belle ! Je suis russe, je suis français, je suis du monde. Je suis communiste, je suis anarchiste. Je suis Malraux ou Hemingway. En avant marche et sans fleur au fusil, s'il vous plaît!Car nous devons reprendre Madrid. Sur la route les femmes nous offrent leur cœur, nous ne prenons que leur corps. Acompte sur nos morts qui tomberont en Espagne républicaine. Tiens toi bien Franco, nous sommes là, devant ta mitraille et à tes canons nous offrons nos poitrails. Et le sang va couler. Et le sang de tes soldats va gicler et abreuver les champs de tes campagnes pour cent ans. Les brigades internationales et la poum vont mourir aussi. Mais nos tripes ne vont pas pourrir le sol de Burgos. Ils vont fertiliser le sol d'une Espagne de paysans illettrés et accablés. Ce ne sont pas tes putains d'italiens ou tes salauds de nazis de la légion Condor qui nous aurons. Écrase Guernica, Franco et nous violerons les femmes de tous tes généraux. A côté Sodome et Gomorrhe seront des cadeaux … (Les brigades internationales ont été dissoutes le vingt- trois septembre mille neuf cent trente- huit à la demande du gouvernement républicain.)         

 

 



19/09/2012
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres