La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

La paresse des mots d’amour …

 

 

64ecef2ccd7241ee2f7fa355254fae78.gif

 

 

 

 

Quand la chanson du temps n’entraîne plus le cœur, serment d’amour, sarment de vigne me regardent, poupées de cire. Faire de nos anciennes caresses des rescapées de ce monde orphelin où la rose est profonde. Et si nous redevenions ces deux gosses se tenant par la main, antienne ta main mordillant la mienne. Une éraflure à mon sein gauche là où respire le cœur.  Échappée de ces jours moroses, le givre de la rose sur tes lèvres entrebaîllées, la rose à demi susurrée sa rosée égouttée, à demi goûté le miel de nos étés sur ta bouche mordillée, à demi apprivoisée la rose dans l’écrin du bout de tes doigts. L'horloge sonne à demi les demies, tricheuse de rides. Le roulement de mes hanches serpentin enjoué drap blanc étendu, écharpe de souvenirs, la bluette, nos rires dans le foin puis nos guenilles d’amourettes sur la paille, à demi salivées les larmes cendrées de nos prunelles ivres.   

 

 

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



24/03/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres