La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L’agonie d’une voix …

 

 

 

 

L’enrouement de la cigarette c’est tout un roman. Avant les raclements de gorge, c’est une longue histoire … Je vais vous conter l’engouement du fumeur. Au tout début de la création de la terre Dieu créa  la nature, l’homme et la femme, Aden et Eve, non pas Eve Ruggieri ! Elle a du bagou  ! Ses cordes vocales sont fonctionnelles, hum un peu trop … Il faudrait bien lui changer sa fréquence  et lui baisser le son ! Mais que vous êtes bêtes, pas la détrousser mais la faire tousser, oh juste un peu … Bon bref, notre Dieu n’est pourtant pas naturiste, la preuve, il avait offert une feuille de vigne au premier  venu sur sa sainte planète … Un sermon et un serment et le tabac apparu, mille excuses et le sol fut fertile. Pas besoin de charrue pour cultiver l’herbe planante, oh pardon, celle là ne fait pas planer mais racler ! Un petit coin de paradis,  n’importe quoi, pas sous les cocotiers ! Décidément il faut tout vous apprendre ! Jeunots, va ! Quelques feuilles amassées et l’orgasme fut venu. Encore une bévue et la clope fut, c’est comme l’expression que la lumière soit et la lumière fut. Quand l’hiver fut venu … Oh non pas encore celle là ! Lorsque la cueillette se fit prête, belle et vierge à la fois, oh tout ça ! L’homme fabriquant  novice,  de sa main candide saisit un échantillon de sa future passion, stupéfait par la douceur du velouté d’une plante si docile et si attirante à la fois !  Une idée pas très catholique lui chatouilla l’esprit … Si par magie se dit-il, je pouvais enrichir cette texture d’un parfum envoûtant … L’être humain est intelligent, de ce fait il avait remarqué que sa peau non seulement brunissait au soleil mais qu’elle séchait également. De ses doigts de fée il caressa, non ce n’est pas  la bonne proposition  mais je vous la laisse  quant même, cadeau !  De ses paluches de sorcier il effeuilla la plante. Exalté par sa trouvaille, il jubilait tel un pantin ! Tout ça c’était bien beau mais à présent, il fallait mettre main à la pâte. Sur un lit de verdure, il étala sa récolte afin de la faire bronzer à souhait.  Quand sa maigre production fut mature, l’étalon s’ébroua ! D’un hennissement  terrifiant, il fit trembler la jungle. La bête souveraine avait découvert l’absinthe ! L’ébauche de la gauloise venait de naître … Entre ses doigts se peaufinait une belle demoiselle de noble lignée. Le profil de la compagne idéale  pour les longues soirées d’hiver. Il lui en a fallu du temps et des exclamations  pour parfaire la silhouette de sa princesse tantôt trop fluette, trop enveloppée, trop tassée, trop vaporeuse ! Allez un plus d’enthousiasme, la nation vous remerciera ! Euréka ! S’écria l’inventeur ! Elle est divine, sensuel et suave, celle ci, elle est digne de porter le nom de cigarette. Que richesse et abondance soient avec toi, mon frère ! Fumons ensemble le calumet de la paix !   Soyons allumés  de plein fouet que nos poumons nous pardonnent. 

 



05/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres