La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le laxisme d'une écriture aux abois ...

 

Aux mots, moi je ne leurs demande rien !

Ceux sont eux qui viennent me chercher …

 

Poète affranchi de l’éclat de mes nuits, quelle sombre rêverie attendrie par mon ennui vient frapper à la porte de l’oubli ? Réprimande puérile d’une exquise morphine, mort fine sans cri au dehors, l’esquisse d’un autre paysage où je viendrais dormir. Là, je rejoindrais mon éternelle, je ne verrais rien, je sentirais juste la caresse d’un bruissement d’ailes qui m’emmènerait auprès d’elle, mon edelweiss. Oh l’éternel, parfum d’éther ! Sur cet asphalte amer je reposerais enfin mon âme  pour le prix d’une prière. Je suis un être de sucre et de sel ! Comment vaincre cet enfer ? N’accablez point l’écrivaine, elle  n’est  pas fautive de ne point avoir de veine, dans ses veines ne gesticule que de la peine. Cogne. Cogne … Cogne ! Comment éduquer l’angoisse, rythmer ses saccades, infernale cadence de plaies hiémales, ne se résorbe pas l’œdème intense d’une boulimie d’enfance. Ne râle pas ma reine ! Tu l’as trouvé ton sanctuaire, cette anorexique sanguinaire … 

 

 



06/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres