La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Ô toi mon amie tu m’as tant appris !

 

Oui j'entends siffler notre train, au loin se dessine ton visage, reine des glaces, soleil de mon regard. Ta voix, merveilleux berceau d'insouciance, oui j'entends siffler le train de l'impatience ... L'avion mirage vole comme un ange sans au revoir. Je te tends ma main accrochée aux ailes du destin, je te donne mon cœur, parfum de jasmin. Au loin le voile d'un long voyage, pétale de rose sur l'océan, l'océane de mes larmes, se froisse et se voile mon papier bohémien sur mon chemin. C'est à peine si je peux m'accrocher à mon  parchemin, brouillon de vie, l'encre de ma main nue,  gribouillis d’un vieux livre où je voulais écrire la beauté du verbe.   

 

 

 

 

Á mon amie de cœur.

 

Au milieu d'un drap,

 

au-delà de la peur

 

brasser les heures,

 

serrer dans nos bras

 

un leurre,

 

peu importe.

 

C’est la porte

 

de ton grand cœur.

 

C'est là ma plus grande fortune

 

l'émotion de nos deux cœurs.

 

Les ailes de l’infortune

 

sont oiseau de bonheur

 

quand  à nous s’offre

 

l’éternité des champs de blés

 

au cœur de notre firmament bleuté.

 

L'essentiel

 

c'est jaser à petit bruit

 

dans le creux de la nuit.

 

L'essentiel

 

c'est de traverser le ciel,

 

une longue traîne blanche dans les cieux,

 

c'est notre amitié au-delà de nos yeux.

 

 

 



10/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres