La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Ombrage de vigne.

1937494_701487693278407_2820152309677572061_n.jpg

 

 

L’hiver entame sa danse de porcelaine, le givre entrelace les feuilles-rêve de l’automne, larmes de chèvrefeuille des bois, empreinte  délaissée du corsage de l’été.  Le froid hypnotise  mes doigts, ma main  est comme une orpheline sur le clavier du printemps endormi. Au loin le battement de cœur fugitif des hirondelles m’enrobe d’un linceul au blanc de la mélancolie, cœur de verre. L’horizon d’un poudrin hivernal  dérobe, malotru, ma dernière ivresse bleue de l’océan.  Des ronds de vie dans le ciel gris, tour de Babel  les insomnies des saisons, quelques gerçures sur mes paupières, un orgelet, or gelé les violoncelles des quatre saison. Le blizzard  de sa dentelle givrée  parsème de perles de jouvencelles les bleuets de mes yeux, à la nuit tombée arpèges d’étoiles. Les astres centurion, de leur mélopée m’enrubanne vélum diaphane. Vendange, larmoient  les potron-minet  sous la fourrure  du  potron-jacquet  dans son jardin détroussé, trousse du temps les chaînes de verre des quatre saisons. Châle d’un charme de cristal d’un chœur de saison,  veston sur le chevalet tremblant des cieux, le dernier vin de l’été est tiré, la main ramure tremblotante, le vigneron s’est couché. 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 



01/10/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres