La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Ouvre moi ta porte !

 

 

Ferme les yeux et écoute le bruit du temps. Toi l’artiste du haut de ton nuage, descends un peu nous voir … Viens regarder la beauté de l’océan, le sel de tes vers te dessèche la peau. Galope vers nous et rime au creux de notre vent, juste un châle sur ton corps nu. Un sourire dans tes yeux, un regard sur tes lèvres, un souffle de  vie au creux de tes reins, raconte nous, heureuse et rassasiée  la balade de tes coucher de soleil. Les larmes de ton ciel bénissent décembre comme des cendres de papier depuis trop longtemps brûlé. Tous tes mégots d’âme virevoltent au-dessus de notre toit, de ta maison. Elle est restée si silencieuse depuis ton trop long voyage, une éternité de poète à geindre des rimes capricieuses, trappe de ton désespoir. Ta poésie, robe de nuit a volé toute la poésie de notre couche où nos câlins défunts du satin de ta plume ne respirent plus depuis trop longtemps. Tant de tasses de café ont taché la blancheur de tes dents, l’immaculé linceul de ton verbe geint, corsage  de tes seins morts, moiré de ta verve.  Tu as succombée, ma gueuse d’amour aux charmes de l’encre noire.

 



11/12/2012
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres