La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Rose tremblante.

 

10329201_706596329434210_3063646776336641395_n.jpg

 

 

Ma gauloise au rapt de tes lèvres,

de ma gauloise blonde à fleur de fièvre

la rose fut sentinelle.

Ses épines Opinel

à notre bal

ne furent conviées.

Notre souffle

entre ses pétales

fut gorgée de soleil,

vivier.

Je ne peux oublier

notre premier baiser,

églantier sauvage,

éternel mendiant

d’une couche apaisée.

Á l’aube sans feuillage

ne pouvait se camouflaient

nos visages,

mes courbes parsemées de nuages.

D’une main apeurée

tu caressais ma peau,

ayant crainte au seuil  de mes hanches

que ne naisse la musique des hanches,

de n’être qu’appeau.

Qu’une goutte pourpre macule

notre immaculée

me fut rêve éveillé,

sous nos draps adulés,

une fessée de caresses   

fut notre première veillée, 

sous tes yeux galants

mes sentiments en bascule,

tes émois et ton hardiesse

bourgeois au creux de notre bouscueil,

ô ! joli chant de bouvreuil.

 

 

 

*Ma gauloise blonde : ma jeunesse.

*Ma gauloise : marque de cigarette.

* La France fut nommée Gaule à une époque antérieure.

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



04/10/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres