La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Saison de Platon.

 

 

 

 

 

482e9105957111ad4b3081853f7ed0d2.jpg

 

 

 

 

Je laisse glisser le temps soubrette de l’hiver, plaine de vie, veuve de printemps pleine d’envie. Je me croyais chef-d’œuvre … Me voici femme-enfant en fuite. Je m’imaginais aquarelle … Je ne suis qu’un pastel à la prunelle d’un fusain rebelle. Ne serait-ce qu’un râle de marée ?  Ta main dans mes cheveux … Je puisse à la fontaine de mes yeux le bleu sanglotant au loin, et là le salin gisant sur le sable fin, un banc blanc pour assise, le bruissement d’ailes d’un flirt clandestin, mi-fugue, mi- destin.   

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 

 

 

 



24/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres