La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

The streets of my garden.

10362844_666242050091854_8450453720726599520_n.jpg

 

 

Belles de nacre dans leur robe cendrée, les roses sont des mendiantes apprivoisées. Á fleur de peau, enivrées de rosée, dans la paume d’une main elles valsent effeuillant  jouvencelles et jouvenceaux. Elles se courbent pourpre d’amour  au creux d’une couche. D’un lange estival chambrent les hanches, un déhanché de draps et deux cœurs se balancent. Le croquant d’une danse de chambrée, la lampe de chevet se vêt d’un souffle bandonéon de lune. Et la charmante de nuit s’effile arpèges noctambules.

La vie ce sont des courbes silencieuses qui dansent au son du temps et s’effeuille d’un pas feutré  la rose, et se meurt la gaieté de la marguerite dans les rues d’un jardin. Une immortelle à l’imparfait se conjugue oiselet au bord d’un étang gelé. Viens ma mie goûtons voir si la rose perlée à garder son parfum. Ronsard aurait pu l’écrire sur les allées d’une rose aux pétales ajournés. Mais ne soufflez à quiconque  cette prose qui ne fut qu’ombre d’une rose.

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



23/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres