La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Un autre monde.

 

Sa main ridée se pose sur mon visage, elle se dit vivante pourtant elle n’a pas d’âge. Ses larmes inondent mon âme, je me sens fondre ès enfant sage, fille de sable … Elle lave, lavandière d’un autre temps, ma marée s’efface, la poussière de sa terre se dépose sur mes paupières, une poudre d’ange, je deviens naufrage … Abandonnée dans un drapé d’inconscience, d’un rêve je me vêts, d’apparence voyageuse, mon essence fugueuse  effleure  une autre chair. Périt un peuple de misère où  ma misère n’est autre que mon existence. Une destinée sournoise clame son indépendance, une nouvelle chaire où timide chose j’ose à peine vivre. Toi ma muse indécise, égérie  à contre sens, mes sens émigrent comme des nouveaux nés, des jouvenceaux d’espérance qui dérapent sur une page blanche. Ça y est je déroge à nouveau sur ton immaculé, je sombre, mausolée où quelques  taches écarlates essaient encore de respirer dans l’incontournable noir et blanc.





18/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres