La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Un roman sans histoire...

 

20190416_084224.jpg

 

 

 

 

 



Je rêvasse, le cœur champs de blé, chœur de mes amours mortes, l'ivresse d'un été apposée sur ta lèvre, d'un infini requiem la berceuse de nos bouches. Chèvrefeuille une larme accrochée à l'automne. L'eau de rose perle sur ma peau. La nuit tombe, des paupières se bercent, indécente tendresse. L'opium de nos tristesses au chevet de nos caresses silencieuses, incandescentes veuves. Un brouillon de bohème au fuyant d'une prunelle. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/Boh--me.gif



16/04/2019
40 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres