La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/rentr--eD.png
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/artfichier_94307_5880298_201607253518371.gif

 

 

 

 

Oser Joséphine,

j’ose et fine …

 

    
 

 

 

 

 

 r7wa5op8.gif

 

 

 

 

 

 

Le temps et ses caresses, nous frôlent ses murmures et un embrun de vie berce

nos nuits, ciel de lit,

lumière noctambule le cœur dentelle d’horizon.

Un voile de paix, du bout des doigts caresser la vie,

nos souffles en communion.   

 

 

 

 

 

f6f57f8b8e507646fb81ad8227ce63b7.jpg

 

 

 

 

 Dis ? Dessine-moi la vie !

 

 

 

 

 nb.jpg

 

 

 

 

 

Le temps est un rêveur à l'affiche du grand vent. 

 

 

 

 

fumeuse.jpg

 

 

 

 

Je ne suis qu'une fumeuse de gauloises,

 

mon fusain sur l'ardoise.

 

 

 

 

 J'écris à ma façon, l'individualisme de mon cœur.

 

 

 

 

tumblr_m4kx2hpo2O1qhmhdfo1_500.gif

 

 

 

 

 

Se meurt un peu de nous à chaque pas de vie …

 

 

 

  

 

 

 

 

  

 

 amour5_zps7e4ab57f.gif

  

 

 

 

 

 

Ruisselle violoncelle,

 

romance caressée

 

t’attend la jouvencelle,

 

sa tristesse détroussée. 

 

 

 

 

 

438132f5add72e.jpg

 

 

 

 

 

 

Ma bohème voyage,

un vol d'oies sauvages,

ganteline d'âge.

 

 

 

 

 

 

 

 56cfe94b7649c524026fc1304272cfec_pixiz.gif

 

 

 

 

 

Osez,

osez-moi,

d'un doigt,

un grimoire,

page blanche,

tourne ma mémoire,

d'une main un au revoir,

oiseau sur la branche,

pleurs de rosée

ma prose s'endimanche 

fièvre d'encrier,

mes vers à la criée.

 

 

 

 

 MON MEILLEUR SOUVENIR DE RENTRÉE SCOLAIRE. 

 

 

 

 

Ma rentrée au cours préparatoire je l’attendais impatiemment… Pour cette montée en grade  maman m’avait acheté quinze jours auparavant un cartable, tout neuf qu’il était ! Alors j‘en étais toute fière, il sentait bon le cuir tanné, il était marron de la même couleur que prennent les feuilles d’automne avant de s’endormir et je songeais à mes futurs soupirs d’écolière en le caressant. Pour ma première journée de classe de demi-grand maman avait glissé dans la poche extérieure de ma cartouchière de Gavroche de banc d’école de sacrées munitions : trois carreaux de chocolat dans du papier d’aluminium elle appelait ça une marmotte, et elle m’avait dit  :

 -« Un carré pour garder encore un peu la caresse de l’été, le second pour effacer la petite larme du lâcher-main et le dernier pour l’offrir à l’enfant qui n’en avait pas de chocolat… »

 Le jour J j’avais camouflé dans la poche de mon pantalon de coton  quelques billes  que je roulais entre mes doigts histoire de patienter devant cette grande grille qui me faisait à la fois frissonner et rêver. Puis quand le coup de sifflet eut retenti, ce fameux coup de sifflet  arbitre de la peur et de la joie. J’aperçus au bon milieu de la cour de récréation la maîtresse d’école trônant reine d’un cahier de punition ou bien caisse enregistreuse de bons points, tant j’avais la crainte de sa baguette que  j’aurais voulu vivre l’école buissonnière et je me sentais luciole ayant oublié d’éteindre sa loupiote.

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 


M--morial-....mp3
Ecouter cette musique tout en parcourant le site ( nouvelle fenêtre )