La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Un peu de moi ...

Un petit coin de temps ...



Il est là le bonheur.
Il est là le bonheur. :

Éden mon petit bout de vie tu es ce Noël blanc que je n’attendais plus.


Le berceau de mon fils a bien vielli ...
Le berceau de mon fils a bien vielli ... :

 

Le cœur déteint le secret de l’ivresse

sous la prunelle de la tendresse.

Triste sire ou joyeux comédien,

ô amour ! Combien de mendiants ont mendié en ton chemin

leurs lignes de la main.




Mon petit coin poétique.
Mon petit coin poétique. :

Mon orchidée c'est toute une poésie ...


Ben ...
Ben ... :

Zut alors !


Dans le jardin de mon petit Éden.
Dans le jardin de mon petit Éden. :

 

On n’est pas unique mais ensemble on est juste bien … Et tu restes ma perle rare.

 

 


Paris ! Parle-moi ! Paris !
Paris ! Parle-moi ! Paris ! :

 

Givre les larmes de Paris, solfège les sanglots longs sous les décombres du Bataclan …

Petit tambour guette le temps, somnole une guérilla … Un porte-à-porte sanglant ! 

 

 


Là où le soleil parle ...
Là où le soleil parle ... :

 

Demain le jour ouvrira ses volets

et sous les paupières entrebâillées du soleil le monde recommencera à vivre.

Si ce n'est que des heures incertaines

que l'on puisse palper peu importe tant que l'aurore bercera nos regards.


Tonnelle nue.
Tonnelle nue. :

 

 

 

Viens je t'emmène sous ce paysage doré où s'amoncellent la tendresse

et l'ivresse de caresses parfumées sous l'ambre de l'aurore donneuse

où insouciants les amants se content fleurette dans le corsage du temps enjôleur.