La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le coeur éléphant...

 

20170202_172900.jpg

 

 

 

Si seulement tu m'avais encore un peu attendue là au seuil des quatre saisons... À la sève automnale, nous ne serions pas pour autant  des feuilles mortes, tombée de bruine sur le parvis la larme esseulée. De simples battements de coeur pour toute cathédrale, si le silence est cette symphonie de maux inachevés. Le temps lasse et enlance, liasses d'envie, l'horloge l'envie. Des tremblements de vie dès que le coeur respire et la mémoire s'habille orpheline dans son linceul.

 

 

 

 

 

 

http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/412494001481577426_6659153.gifRachel Désir 



03/02/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres