La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bambino !

 

 

6433a275b9056c645636151bc6edbc01[1].jpg

 

 

 

 

 

Je me souviens quand je guettais chef-d’œuvre tes premiers pas sous le sceau de la vie. Puis … Tu avais eu tout juste vingt ans pour tout sous-vêtements des maux d’amour. Tu m’étais apparu si beau vêtu de ta chemise ouverte orpheline d’amour. Sous ta poitrine  tes battements de cœur pupille avaient attendri, reflets, ma bohème guenille. Dans le froissement de ta chemise mes mains ont connu le naufrage de ces gestes d’amour qui déshabillent l’automne. Á tire-d’aile la roulotte  de vieux billets doux, ont péri sous ses roues, libertins les tremblements d’une vieille lettre d’amour. Sous le balayage de mes mèches blanches j’ai couché sur ton oreiller les rides de mon verbe aimer.

 

 

 

 

 

Eh psitt ! Ce texte n’est pas autobiographique. Une petite inspiration insufflée par ce portrait  et la chanson de Dalida :  « Il venait d’avoir dix-huit ans … »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 



09/05/2015
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres