La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

La déesse des songes.


 

Dans son drap banc, elle vous guette, vous sculpte à l’arme blanche, aube blanche où l’aube  n’ouvre plus ses yeux. Elle vous entrelace, nuit d’âme, la dernière poupée d’un berceau blanc, l’ultime marguerite aux pétales si blancs. Chez elle c’est le dernier banc, on est le dernier amant,  la fleur fanée, la dernière fiancée au cœur si lourd. Une dernière sieste sur le canapé usé où le vieux chat de la maison dort,  le dernier diamant de vie, il fait si froid au dehors …  Une caresse à la dernière page blanche,  elle vous laisse lasse dans son drapé blanc sur le parvis, dernier trottoir.   

 

 


 



14/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres