La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Quand passent les oies sauvages.  

 

 

 

 

 

dessin-defi-fevrier-hemingway-le-vieil-1105731-hemingway-1ded5_big.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai vu mourir ma mère et trembler nos murs, père. Et le grand goéland aux ailes apprivoisées reflet du  firmament a blanchi l’anthracite des ardoises de mon enfance. Et tous ces souvenirs chapelet d’innocence… Ce Noël blanc à la barbe blanche des quatre saisons. Puis soudain  frappe à ma porte une collégienne gracile à la prunelle ornée d’un givre solennel. Elle me conte ce grand gaillard passerelle aux passereaux et cette précieuse ridicule sa larme accrochée à ce pigeon voyageur à la patte baguée. Et ce petit moineau grignoteur au creux de sa main quand à sa fenêtre ouverte un vol d’oies sauvages portait ses bagages. Et me bercent ses volets clos aux murmures du meneur de louves. 

 

 

 

* Ce grand gaillard… = Le temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

http://static.blog4ever.com/2006/01/94307/signature_3.gifRachel Désir



29/11/2016
23 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres