La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Âge tendre et tête de bois.

 

 

 

 

 

1b5296bd.gif

 

 

 

Coquine, 

longeant la luzerne,

une brassée de rosée

ornant  ma prunelle.

Clopin-clopant,

fille du vent,

deux trois larmes

sur mes cernes.

Cinq, six pas en arrière

me voilà bergère

dans une clairière,

me fut clair hier.

Une aquarelle,

gomme-gutte

à petite dose,

et fine

j’ose

Joséphine,

dans l’aurore

m’enliser

la fièvre au compte-gouttes

auvent de mes paupières.

Oh ! Gente dame !

Nulle épine

mais brin d’osier,

les blés d’or

de mon panier.

ô ! Tendre jouvencelle,

le temps n’est qu’ombrelle,

palefrenier de  jupons froissés

d’un cœur dans le fossé.

Allez tisser dentellières !

Et valsez crémières,

trémoussant votre fessier. 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



19/01/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres