La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Au nom de la rose …


 

Sainte Marie, le diable entre tous tes saints, le diable au creux de mes seins, prie Marie là entre mes seins, mes reins corsage d’un long frisson … L’amour est imposture, mensonge, un long frisson le long de mon  dos comme une courbature indécente. Là dans le bas de mes reins, frissonne Marie !  Mère d’enfants de dieu, se meurent tant de soupirs fils de catin. Dis-moi, toi la vierge Marie, suis-je vierge d’envie, mes envies vierges au cœur de mon lit, l’amour un crucifix, dans ma couche fourbe, la lie, lit sans vie.

 

Au nom de la rose,

ouvrir ma corolle,

danseuse prénuptiale

aux dormeurs pétales.

Vœux,

de ma robe nuptiale

envelopper de ma rosée

le pourpre de tes baisers,

m’enfouir.

Le temps d’un regret,

balancelle de feuilles dorées,

rougir

ivre de sève.

J’ose,

fleur de liberté

éclore et faner

pleure Éole,

j’ai le cœur enflammé,

il est temps de me déraciner.

 

 

 

Je marche le long de la rivière … J’ai beau me rincer à l’eau claire, toujours dans ma bouche des bulles de savon.

 




03/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres