La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Allegro, allègre, oh !

Crescendo puis piano  les notes s’envolent. Un abandon de sentiments sur un clavier désaccordé, les touches blanches d’un baiser prématuré caresse la page d’une mélodie apeurée. Les noires se dispersent, aventurières et désordonnées une partition en sourdine, with mute comme un poète anglais écrivant quelques lignes blacks sur les rebords pâles de sa conscience. Maux frappés comme un café froid traînant sur un comptoir, l’innocence d’une chair le chahute, un remord, mort or d’une âme détroussée. Les jupons frivoles d’un quartier moribond où les mots rient, bons ou mauvais s’acharnent à contempler un portrait au fusain sans authenticité comme une loque innocentée.

 



13/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres