La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bonne nuit.

 

La traversée du désert sous le regard de ces chiens errants, peuple de papier où geint la misère. J’erre dans la mélancolie, œuvre de vie. Errances noctambules où mon âme en célibat, habillée de carton, emprunte un chemin sans saison, refuge solennel. Le repos du pauvre, allongée sur un lopin de terre, le rêve dans le corsage de ma mémoire, tissé de fine dentelle. Je dégrafe peu à peu, un bustier mal ajusté, m’oppressant la poitrine. Mon buste de Marianne s’effiloche, les sentiments en apesanteur. Je vois voler au loin mes battements de cœur, je songe au caramel de mon enfance, de son sucre collant à mes doigts. Une tisane de paix s’infuse tout au fond de moi, elle m’apaise, c’est la voix de ma mère qui me dit je t’aime.

 



05/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres