La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bonne nuit.

 

 

Sur les ailes

 

de mon ange,

 

je voyage,

 

de nuit

 

en page 

 

blanche,

 

inouï

 

paysage.

 

Belle

 

demoiselle,

 

au cœur pourpre,

 

aux lèvres

 

sans maquillage,

 

d’un coquillage

 

tu naquis.

 

Nacre,

 

du firmament,

 

pourtant

 

si sauvage

 

tu t’offres

 

en partage,

 

fille du temps,

 

de la pluie

 

et du vent.

 

J’ancre

 

ton visage

 

au creux

 

de mon marécage.

 

Oiseau sans cage,

 

tu es si docile,

 

quand  aux yeux

 

de ma page

 

tu donnes

 

la lumière,

 

quand  trempée

 

dans mon encrier,

 

tu deviens

 

rage

 

de chien,

 

encre contagieuse

 

et  pourvoyeuse,

 

tu contamines,

 

donneuse,

 

mon âme

 

à la mine

 

d’une religieuse

 

au cœur noyé

 

dans un vieux bénitier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



10/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres