La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Chevalet d’enfance.

 1375135_543757405705593_826969957_n.jpg

 

Je dégrafe  ton corsage des années, soierie d’ombre sur le velouté de tes seins.  Je te promets d’être sage, de mon fusain rester enfantin. Mère je veux juste peindre l’enfant au teint pâle et dépeindre ton visage de ces veinules chagrines. D’un voile de vie ambrer  ta peau, le temps est un corsaire, mendiant des battements de la petite bestiole qui cause au creux de ta poitrine. Je m’approche et j’écoute le tambourin de ce petit lutin qui se croit au crépuscule quand l’aube m’offre encore l’aurore de tes yeux, leur clin d’œil malicieux aux amants de Vérone. L’automne accueille le pincement de tes lèvres, tranchée sertie d’un diamant bleu où les heures tendres évadées  retiennent  les petits soldats de la liberté.

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 

 



24/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres