La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Velouté de Pierrot.

67979_556207204459421_1703135258_n.jpg

 

J’aime en secret une enfant de la lune et sous la musique du jour, elle est ma forteresse diurne. Elle est douce, aurore ambrée, voleuse de la bruine de mon souffle. Dans ses draps de satin, la caresse  de ses pleurs comme un goût de vie, l’oubli d’un mouchoir dans le brasier des yeux d’un ange, je me replie sous ses jupons, ô ma tendre Jézabel ! Du bout de sa peau, du bout de ses lèvres, du bout de ses doigts, elle me reprise, brise légère, Éole en fut son amant tourmenté. Veuve sans frontière sur un nuage immaculée elle s’offre, envolée d’ailes de mes mots immatures. Sous mes dentelles de jouvencelles au potron-minet, on s’accouche au fin fond  d’une couche coureuse de louves bohèmes, un ciel bleuté autour de nos hanches, lange d’un poème aux rimes tziganes, chapelet de vers dans l’ombrage de mes reins, elle me chatouille,  coquine de plume.

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



30/11/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres